Dame Kiri Te Kanawa

En 1971, au Royal Opera House de Covent Garden, à Londres, une jeune soprano néo-zélandaise d’origine maorie fait sensation dans le rôle de la Comtesse de Le nozze di Figaro et acquiert une célébrité qui ne se démentira pas. Il s’agit de madame Kiri te Kanawa. Dès lors, elle se retrouve propulsée parmi l’élite de l’opéra mondial et devient l’une des chanteuses les plus renommées de son époque. Son domaine s’étend du classique — opéra et mélodies françaises, allemandes et anglaises — à la chanson populaire. En 1981, elle donne l’une des performances les plus célèbres de sa carrière à l’occasion du mariage du Prince Charles et de Lady Diana — elle est suivie par 600 millions de téléspectateurs.

Pendant plus de cinq décennies de carrière, Kiri Te Kanawa a offert sa voix au public des plus prestigieuses salles du monde, dont le Metropolitan Opera, le Chicago Lyric Opera, l’Opéra de Paris, le Sydney Opera House, le Wiener Staatsoper, La Scala, le San Francisco Opera et le Bayerische Staatsoper avec les plus grands orchestres au monde sous la direction de chefs de haute renommée. Sa discographie est tout aussi impressionnante, la chanteuse ayant enregistré les opéras de Don Giovanni, Le nozze di Figaro, Cosí fan tutte, Die Zauberflöte et Tosca, ainsi que les airs d’arias de concert de Mozart, les Vier letzte Lieder de Strauss et le remarquable Chants d’Auvergne du compositeur Canteloube, qui figure au palmarès britannique.

Couverte d’honneurs, Dame Kiri est anoblie par la reine en 1982 et reçoit en outre les principales décorations d’Australie en 1990 et de Nouvelle-Zélande en 1995. Elle devient patronne d’honneur de la compétition BBC Cardiff Singer of the World en 2011. Elle reçoit un prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations de Classical « Brits » en 2010 et du magazine Gramophone en 2017. Aujourd’hui, elle se consacre désormais à l’enseignement et au mentorat de jeunes chanteurs de talent.